« Graff Tour », une visite street art de Toulouse avec l'Office de Tourisme

L'Office de Tourisme de Toulouse organise tout un tas de visites guidées à travers la ville. L'une d'elles est particulièrement...

L'Office de Tourisme de Toulouse organise tout un tas de visites guidées à travers la ville. L'une d'elles est particulièrement originale et, vous allez le constater, passionnante : le Graff Tour*.
  
Le Graff Tour est une visite guidée de Toulouse sur le thème du street art. Accompagnés d'une guide de l'OT, Sarah, et de Philippe, un graffeur toulousain connu sous le nom de Panks, nous avons sillonné les rues et quartiers de la ville rose pendant 2h30 à la recherche des œuvres les plus originales, significatives, réussies...

 
Ce Graff Tour a été passionnant de bout en bout ! Nous y avons appris tellement de choses, tant grâce à Sarah, qui connaît son sujet sur le bout des doigts, que grâce à Philippe qui est un passionné graffant depuis environ 20 ans. Les deux sont absolument adorables et répondaient volontiers à la foule de questions posées par notre petit groupe. Nous étions pendus à leurs lèvres !
 
 
Notre Graff Tour a démarré Place des Tiercerettes, dans le quartier Arnaud Bernard, au centre-ville de Toulouse. Arnaud Bernard, quartier métissé, est un haut-lieu du graffiti toulousain.
 
Nous sommes tout d'abord passés par un petit jardin public, le Jardin d'Embarthe, soigneusement caché parmi les immeubles. Dans ce jardin se trouve le tout premier mur offert par la Mairie de Toulouse aux graffeurs.
 
Le mouvement graffiti tel que nous le connaissons aujourd'hui a vu le jour à New York au début des années 70. C'est une décennie plus tard que la tendance s'est exportée chez nous, apparaissant à Toulouse au milieu des années 80. Le but premier du graffiti était simple : propager son nom et être vu par le plus grand nombre !
 
De nombreux graffitis se sont alors mis à voir le jour un peu partout, de façon incontrôlée, et la mairie pensait canaliser le mouvement en offrant ce grand mur aux graffeurs toulousains.
 
Le mur fut utilisé comme il était prévu, mais il n'a en rien stoppé l'apparition des graffitis à travers la ville évidemment. Il est aujourd'hui en grande partie recouvert par la végétation, la signature de Soune encore visible en bas à gauche.
 


   
Nous nous sommes ensuite enfoncés dans le quartier jusqu'à atteindre une ruelle bien précise, Rue Gramat. Celle-ci est graffée de bout en bout par des artistes locaux mais aussi des graffeurs colombiens, qui ont peint ces œuvres dans le cadre du festival Latino Graff 2017. Certains de ces graffitis sont particulièrement colorés et embellissent réellement la ruelle.
  
Les graffeurs s'inspirent naturellement des tendances du moment : pop culture, manga, etc... Mais on remarque chez les graffeurs latino-américains une plus grande tendance à produire des œuvres lourdes de sens, un cœur enserré dans des mains, une mention de la famille, des amis...
 





 Ci-dessus nos guides, Philippe aka Panks et Sarah de l'Office de Tourisme de Toulouse
 





 
Nous avons finalement rejoint le Boulevard Lascrosses, à l'entrée du quartier Arnaud Bernard, pour admirer une immense fresque peinte sur la tranche d'une barre d'immeuble.
 
Cette fresque a été montée par Tilt, très célèbre artiste toulousain, en hommage à la Truskool. La Truskool était l'un des premiers "crew" toulousains (bande) fondateurs du mouvement graffiti en France.
 
« Le graffiti a fait son apparition à Toulouse au milieu des années 1980. Il ne compte au départ qu'une poignée d'acteurs inspirés de l'underground new-yorkais. Bien que ce mode d'expression soit à l'époque très peu développé, quelques jeunes passionnés vont rapidement émerger, se réunir, et donner naissance à l'un des groupes les plus influents de l'histoire du graff' français : La Truskool. Certains protagonistes de ce groupe jouissent aujourd'hui d'une reconnaissance internationale. »
Source: Truskool : une histoire du graffiti à Toulouse, par Olivier Gal 
 
Tilt a donc monté cette fresque, financée par la Mairie de Toulouse en accord avec les Bâtiments de France, et a réuni 7 artistes influents, 25 ans après, dont certains faisaient partie de la Truskool. La fresque comporte 7 strates successives, une par artiste, dont la plus basse, que l'on voit mal d'en bas malheureusement, a été peinte par Tilt lui-même.
 


  
Il faut savoir que Toulouse est la 2ème ville-graffiti de France ! Ce classement est mérité et visible, et les cultures urbaines sont désormais valorisées par la Mairie de Toulouse elle-même à travers l'organisation de festivals tels que Rose Béton en 2016 (dont le directeur artistique est d'ailleurs Tilt).
 
L'association 50cinq, dont fait partie Philippe, le graffeur qui nous accompagnait, organise également des festivals tels que l'Open Summer Festival au mois de juin, qui réunit des graffeurs du monde entier, ou encore l'exposition annuelle Mister Freeze qui permet aux artistes d'exposer leur travail d'atelier au sein de l'Espace Cobalt, au Sud de Toulouse.
 
 
Nous avons par la suite pris le bus afin de relier des parties un peu plus éloignées du centre-ville.
 
Nous avons commencé par la Rue Pierre Cazeneuve, qui comporte un mur cachant le Musée Postal. Ce mur est recouvert de graffitis, la plupart représentant le nom de leur artiste en des lettrages divers et variés, plus ou moins colorés. Heureusement que Philippe était là pour nous lire certains d'entre eux, car je n'y serais pas parvenue seule tant les entrelacs sont parfois complexes.
 









 
Nous nous sommes ensuite dirigés vers le quartier du Pont des Demoiselles, où une magnifique fresque a été peinte par le graffeur Aryz sur une tranche d'immeuble donnant sur l'un des principaux carrefours.
 
Cette fresque représente deux demoiselles, dont l'une à l'air mélancolique, et un groupe d'hommes en contrebas.
 
Plusieurs interprétations sont possibles pour ce graffiti. Il faut savoir qu’il y a quelques décennies, le seul aérodrome de Toulouse se situait à Montaudran. C’était donc un lieu de passage pour les voyageurs, qui venaient se détendre non loin de là, au quartier du Pont des Demoiselles, pour y trouver une compagnie charnelle (ce qui a possiblement donné son nom au quartier). On peut donc imaginer que la fresque représente les-dites demoiselles, et que le groupe d’hommes représentés en bas seraient des voyageurs...
 
J'aime particulièrement la beauté des visages qui y sont représentés, et ces couleurs sobres qui se marient si bien avec le paysage urbain.
 

 
Direction le quartier de Saint-Agne pour admirer une nouvelle œuvre. Egalement peinte sur un grand mur, il s'agit cette fois de la représentation d'une vieille dame dans sa robe bleue.
 
L'artiste qui a peint cette fresque, Maye Mondé, est connu pour la foule de détails qu'il apporte habituellement à ses œuvres, et celle-ci ne fait pas exception.
 
Si l'on y regarde de près, elle est réellement époustouflante ! On remarque les écritures orientales en toile de fond, puis les motifs et la dentelle de la robe bleue, les papillons qui ornent les cheveux de la veille dame et volettent autour d'elle, les accessoires qu'elle tient à la main ou à la canne, cage, attrape-rêves... Une magnifique fresque, vraiment.
 


 
Nous avons terminé notre balade en bus dans le quartier d'EmpalotHendrik Beikirch alias ECB, un artiste allemand, a graffé deux immenses et superbes portraits en noir et blanc : un homme berbère (33 mètres de hauteur si je me souviens bien) et une femme sibérienne.
 
ECB a pour habitude de représenter dans ses œuvres des portraits qu'il a lui-même photographiés lors de ses pérégrinations autour du globe. Vous imaginez bien qu'en tant que voyageuse, je suis fan de l'idée ! En plus regardez-moi ce niveau de détail, c'est absolument magnifique !
 
  
Pour terminer ce Graff Tour passionnant, notre bus nous a redéposés au centre-ville de Toulouse, où nous avons rejoint à pied la Rue du Pont de Tounis.
 
Là, se trouve une peinture de la célèbre Miss Van, graffeuse toulousaine bien connue des habitants pour ses représentations de femmes dodues aux lèvres pulpeuses.
 
Depuis 13 ans que j'habite à Toulouse, j'ai toujours pu admirer les graffs de Miss Van et en voir l'évolution. Elle s'est désormais un peu éloignée de son style initial, sexy et mignon à la fois, pour s'orienter vers un style plus onirique, fantasmagorique même, avec des représentations de femmes, toujours, et d'animaux.
  
Il faut savoir que Miss Van faisait partie du crew toulousain Truskool dont je vous parlais plus haut au début des années 90. Elle a depuis montré ses talents jusqu'aux Etats-Unis pour finalement s'installer à Barcelone.
  
Pas à l'aise avec la bombe habituellement utilisée par les graffeurs, c'est au pinceau que Miss Van réalise ses dessins.
  
Nous avons eu le temps d'admirer son œuvre tout à loisir, je vous laisse donc en apprécier les détails à votre tour.
  




  
  
Alors, passionnant ce Graff Tour non ?! :D Je vous avais prévenus ! Je vous recommande vraiment cette visite, qui vous donnera l'opportunité de poser vos propres questions et d'admirer ces œuvres et celles à venir de vos propres yeux.
  
Je dis "celles à venir" car le street art est naturellement amené à évoluer. Les graffitis sont des œuvres éphémères, tantôt détruites, tantôt recouvertes car fanées par le temps ou autre.
  
Prenez par exemple cette sublime fresque de l'homme berbère sur un immeuble d'Empalot. Et bien cet immeuble sera détruit en 2018, vous ne pourrez donc pas admirer cette merveille encore longtemps, profitez-en.
  
Quant à moi, je compte bien assister de nouveau à un Graff Tour avec l'Office de Tourisme dans quelques temps, afin de voir les nouveaux graffitis qui auront vu le jour à Toulouse. :)
  
  
  
  
L’Office de Tourisme de Toulouse propose des visites guidées toujours plus intéressantes, auxquelles vous pouvez assister seul, entre amis ou en famille, il y en a pour tous les goûts !
  
Voici leur site web : toulouse-tourisme.com
Vous pouvez retrouver l’ensemble des visites guidées planifiées ici.
  
Et si vous voulez un avant-goût des autres visites proposées, je vous propose de lire mes articles (ici) qui, je l’espère, vous donneront envie d’y participer à l’occasion.
  
Si vous passez par chez nous, n’hésitez pas à en parler sur les réseaux sociaux et à nous partager vos plus belles photos en utilisant le hashtag #visiteztoulouse ou en taguant les comptes de l’Office de Tourisme avec @visiteztoulouse.
  
  
  
* indique un produit/service offert ou partiellement offert dans le cadre d'un partenariat. Je reste libre de mes opinions et parle en toute objectivité.

Vous aimerez aussi

15 commentaires

  1. Le Boulevard Lascrosses et sa fresque peinte sur la tranche d'une barre d'immeuble j'adore!! Très interessant l'histoire de ces graffitis, je ne savais pas du tout que Toulouse était la deuxième ville graffiti de France, la classe! Super article 😊

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi je l'ignorais figure-toi, je suis impressionnée qu'on ait ce classement!
      Merci beaucoup. ^_^

      Supprimer
  2. Superbe ! Je découvre les oeuvres les plus récentes, j'adore le travail d'ECB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a eu vraiment de très belles fresques peintes ces derniers mois je trouve! Moi aussi je suis particulièrement sensible au travail d'ECB, j'espère qu'il en fera d'autres chez nous à l'avenir.

      Supprimer
  3. Il y a de bons street-artistes à Toulouse, certains graffs sont vraiment superbes ! :-)

    RépondreSupprimer
  4. Grace à ton article et celui de Corinne, je découvre un nouveau monde à Toulouse, c'est dingue ça, j'y ai jamais fait attention ! Je note tous les points, je vais aller découvrir ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'y intéresse depuis peu moi aussi et cette découverte est passionnante!

      Supprimer
  5. Coup de coeur pour le travail de Miss van ! c'est gothique, c'est raffiné, c'est onirique, j'adore! Merci pour tes jolis articles de découverte de Toulouse, j'aime beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore Miss Van, ça a toujours été ma préférée. <3
      Merci beaucoup. ^_^

      Supprimer
  6. J'avais pas vu que toi aussi tu avais fait un article street art ! :p il y a vraiment de belles œuvres ! J'aime beaucoup Maye Monde et Miss Van ! =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, moi aussi je me mets à parler street art sur mon blog! :D En même temps, cette visite mérite qu'on en parle!!
      Miss Van reste ma préférée. <3

      Supprimer
  7. C'est top que l'Office du Tourisme s'investisse dans ce genre d'initiative et tour. Le street-art a vraiment le vent en poupe et de plus en plus d'organismes créent ce genre de tour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je trouve aussi que c'est une superbe évolution des visites guidées proposées par l'OT.

      Supprimer
  8. Quelle surprise ! Les artistes du "Street Art" sont trop talentes. Leurs œuvres de graffitis sont impressionnantes. Ça me donne d'y visiter ! Merci pour vos belles photos !
    Bises.

    RépondreSupprimer

Votre petit mot :