Le Musée des Augustins à Toulouse : visite commentée sur « La femme dans l'art »

J'ai été invitée récemment par le Musée des Augustins de Toulouse , à assister à leur visite commentée  « La femme dans l'art » * ...

J'ai été invitée récemment par le Musée des Augustins de Toulouse, à assister à leur visite commentée  « La femme dans l'art »*.
  
  
Je ne suis pas férue de musées mais j'avais beaucoup entendu parler de celui des Augustins, le musée des beaux-arts de Toulouse. Une amie parisienne m'avait même dit un jour que c'était le plus beau musée qu'elle ait visité. J'ai aisément compris pourquoi...
  





  
Le Musée des Augustins se trouve dans un ancien cloître. Les lieux sont absolument magnifiques, non seulement à l'extérieur, avec les voûtes du cloître et son beau jardin, mais également à l'intérieur comme vous allez le constater.
  
  

  
Nous avons commencé notre visite guidée par la salle des sculptures gothiques. Nous nous sommes arrêtés sur une première oeuvre: Notre-Dame de Grasse (qui peut également s'écrire Notre-Dame de Grâce).
  
Il s'agit de l'un des chefs d'oeuvre du Musée des Augustins, une magnifique Vierge à l'enfant. Les historiens s'accordent à dire que la sculpture proviendrait de l'Eglise des Jacobins de Toulouse (dont je vous ai parlé précédemment dans cet article).
  
Notre-Dame de Grasse est juvénile et affiche un air mélancolique. La sculpture date de la fin du Moyen-Âge. A cette époque, l'on représentait la Vierge plutôt souriante, bienveillante. Celle-ci détonne donc avec la coutume d'alors.
  
On la voit se détourner de son enfant, l'air désintéressée. Plusieurs théories sont proposées à ce sujet:
- La Vierge aurait comme "pressenti" la mort future de son enfant , et adopte ici une posture similaire à la Pieta (dont je vous montre des sculptures plus bas).
- Elle était entourée d'autres personnages. En effet, à cette époque, on représentait souvent la Vierge entourée des Rois mages. On peut donc supposer qu'ils étaient à ses côtés, de part et d'autre, ce qui expliquerait son inclinaison et celle de son enfant qui semble vouloir lui échapper.
  





Ci-dessus, deux sculptures représentant la Pieta, fameuse scène de la Vierge tenant Jésus mort dans ses bras.
  
  
    
Nous avons continué notre visite dans la salle très colorée des sculptures romanesNous y avons observé une nouvelle oeuvre: L'histoire de Saint Jean Baptiste et Salomé.
  

  
Cette oeuvre est très particulière car elle a un sens de lecture, un peu comme une BD. Il s'agit de l'une des premières sculptures à proposer cela. Voici ce qu'elle raconte:
  
- A gauche, on voit Salomé danser devant le roi Hérode et le séduire. Celui-ci lui demande alors ce qu'elle veut en offrande, et elle réclame la tête de Jean Baptiste.
  
- A droite, on assiste à la mort de Jean Baptiste, décapité, et la montée de son âme vers le ciel, sous la forme d'un enfant nu accueilli par Dieu.
  
- Enfin au milieu, la plus grande face montre l'offrande de la tête de Jean Baptiste à Salomé, qui elle-même la remet à sa mère.
  
L'erreur de Jean Baptiste fut d'avoir reproché un jour à Hérode d'avoir épousé, lors d'un mariage incestueux, la mère de Salomé. Celle-ci aura finalement obtenu vengeance.
  




  
  
  
Nous nous sommes ensuite arrêtés au pied d'un grand escalier, devant une sculpture d'Eugène Thivier intitulée « Le cauchemar ». Celle-ci représente un démon penché sur une femme nue, endormie.
  
Les sculptures de ce genre représentaient habituellement des incubes, des démons violant les femmes. Mais on remarque ici qu'il s'agit d'une démone, ce n'est donc bien qu'un rêve, un cauchemar.
  




  
  
  
En haut des escaliers, une nouvelle statue mettait en scène une femme et la décapitation.
  
A l'époque, la femme n'était représentée que de deux manières: soit la Sainte Vierge, pure et innocente, soit la femme fatale, séductrice et dépravée, meurtrière, telle Salomé par exemple.
  




  
Passé quelques sculptures supplémentaires, nous avons pénétré dans les salles où sont exposées les peintures du Musée des Augustins.
  
Notre guide nous a alors fait observer une oeuvre d'Elisabeth Vigée-Lebrun: La Baronne de Crussol. Le portrait d'une femme, par une femme.
  
Il y avait peu de femmes peintres à l'époque, elles étaient souvent "fille de" et étaient donc reconnues grâce à cela.
  
La reine Marie-Antoinette n'était pas satisfaite de ses portraitistes, qui ne savaient pas la mettre en valeur, jusqu'à ce qu'elle rencontre Elisabeth Vigée-Lebrun, qui sut lui plaire et devint alors sa portraitiste attitrée. On retrouve d'ailleurs, dans cette peinture, plusieurs références à la reine: d'abord le foulard porté ainsi, une mode instaurée par la reine elle-même, puis les partitions de musique, qui sont celles d'un artiste autrichien faisant partie des musiciens de la reine. C'était là une manière pour Elisabeth d'exprimer son soutien.
  
Autre particularité de ce tableau, la posture de la baronne. Habituellement, les sujets étaient plutôt représentés de face, tournés au 3/4. Là, le sujet est de dos et se retourne, comme surpris, ce qui lui donne un air très naturel.
  







  
La galerie du Musée des Augustins comporte de nombreux tableaux représentant des femmes.
  
Ci-dessus, « Dans le bleu » de Beaury-Saurel représente une femme qui fume. C'est comme une illustration de la femme libre.
  
Encore au-dessus, parmi les peintures, encore l'oeuvre d'une femme: Claude Claudel à 16 ans, sculpté par sa mère Camille Claudel.
  
  
  
Cette visite commentée sur « La femme dans l'art » a duré en tout 1h15 et a défilé à une vitesse folle! C'était absolument passionnant, et pourtant je ne suis pas passionnée d'art croyez-moi. Mais la guide a su rendre le sujet intéressant, avec de nombreuses anecdotes et une belle connaissance des œuvres du musée.
  
A l'issue de la visite, nous avions "quartier libre" dans le musée, nous pouvions donc flâner dans les salles et admirer les nombreuses autres œuvres présentes, ainsi que les lieux en eux-mêmes qui sont vraiment sublimes !!
  
Voici pour commencer quelques photos supplémentaires prises dans les salles d'exposition de peintures:
  











  
  
A la suite de quoi je suis redescendue admirer les statues du musée, dont certaines sont particulièrement belles. Je pense notamment à celle intitulée « Le retour », qui met en scène un homme et une femme nus, enlacés.
  












  
  
Je me suis ensuite dirigée vers le petit cloître. J'aurais aimé en profiter pour me poser là quelques minutes, mais une vraie tempête s'était alors abattue sur Toulouse, temporairement heureusement.
  
Le temps que cela se calme, je suis donc allée me poser sur les transats du grand cloître. Quelle bonne idée d'avoir posé ça là!
  




  
  
Pour finir, je suis allée visiter l'église attenante au musée, où sont encore exposées quelques œuvres, notamment une sculpture de Mercure volant.
  







  

Ma visite a été rythmée tout du long par le son des bandas qui faisaient leur show juste devant la façade du musée. Et oui, c'est ça aussi Toulouse! :D
  
  
  
Vous l'aurez compris je pense, j'ai beaucoup aimé cette visite commentée au Musée des Augustins! Le format 1h15 est parfait je trouve. Si l'on n'est pas féru de musées, c'est suffisant, pas assommant du tout et au contraire passionnant! Et si on adore les musées, on a ensuite tout notre temps pour visiter les lieux par soi-même.
  
Et hormis l'aspect musée, l'endroit est sublime! Cet ancien cloître est à voir au moins une fois si vous passez par Toulouse.
  
Vous pouvez retrouver toutes les visites commentées du Musée des Augustins ici. Pour ma part, j'en ferai d'autres bien volontiers!
  
  
  
* indique un produit/service offert ou partiellement offert dans le cadre d'un partenariat. Je reste libre de mes opinions et parle en toute objectivité.

Vous aimerez aussi

4 commentaires

  1. Pas mal!
    Essaie la visite "Le Tragique au XIXe, peinture et Opéra", je l'ai faite samedi et c'était juste génial!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dès qu'une occasion se présente, j'y retourne c'est sur!! Il y a plein de choses à découvrir dans ce très beau musée.

      Supprimer
  2. mais je connais ce musée on y était samedi
    c est vrai qu il est très beau
    avec un guide passionnant ces visites sont un must
    certaines photo me rappellent ce we

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as l'air d'avoir apprécié ton week-end dans la ville rose, ça fait très plaisir! ^_^

      Supprimer

Votre petit mot :